<em>Lumière</em> sur Vincent et moi | 19 septembre 2022 | Article par Elizabeth Jean-Allard

Les abat-jours de l'exposition Lumière sur l'art colorent l'avenue Cartier.

Crédit photo: Lydia Raymond

Lumière sur Vincent et moi

Pour la 8e édition de Lumière sur l’art, le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) s’associe avec le programme Vincent et moi. L’exposition, qui s'installera au début octobre, comprendra des œuvres collaboratives réalisées par les artistes du programme et assemblées par Deborah Flor. Une collaboration qui ne semble pas prête de s’arrêter.

Perturbé par la pandémie, ce projet de Lumière sur l’art a tout de même pu se concrétiser. Le partenariat s’est effectué par l’entremise de multiples ateliers réunissant artistes professionnels et artistes de Vincent et moi, un programme de l'Institut universitaire en santé mentale de Québec. Il se rattache au CIUSSS (centre intégré universitaire de santé et de services sociaux) de la Capitale-Nationale.

Dans le respect des mesures sanitaires, les artistes se sont réunis plusieurs fois pour essayer différentes approches.

« Normalement, le musée fait appel à un/une artiste ou un duo d’artistes ou un collectif, mais là on a vraiment travaillé à plusieurs têtes. Et puis vraiment dans un mouvement participatif et collaboratif », explique Fanny Hénon-Lévy, responsable de la direction artistique et du développement pour Vincent et moi.

Sur 10 semaines, les artistes ont donc créé des œuvres qui amalgament photographie, dessin et même poésie. Les artistes Laurence Petitpas, Hélène Matte et Fanny Hénon-Lévy ont apporté leurs contributions en fonction des techniques artistiques. À la suite des ateliers, l’artiste Deborah Flor a rassemblé tout ce matériel pour en créer une version finale.

Les ateliers de création pour Lumière sur l'art ont commencé au printemps dernier.
Crédit photo: Vincent et Moi

Le mouvement dans l'art

La thématique de la 8e édition de Lumière sur l’art est orientée vers les animaux migratoires. Comme le raconte Fanny Hénon-Lévy, l’idée était de partir du mouvement. Ce mouvement se concrétise à travers l’exposition elle-même. Les passants de l'avenue Cartier se promènent pour observer les œuvres, créant un mouvement qui résonne avec les abat-jours.

Publicité

En plus de leurs collaborations pour la création des œuvres, les artistes de Vincent et moi s’impliquent dans la conception du contenu connexe. Chaque poteau soutenant les abat-jours sera équipé d’un code QR donnant accès à de plus amples informations sur les œuvres.

Pour en savoir plus sur le programme Vincent et moi, on peut se diriger vers son site internet.

Lire aussi :

Québec Nova Murale : attendre pour mieux peinturer

L'artiste Diane Obomsawin à Lumière sur l'art