Montcalm dans les années 1960 : camion d'incendie devant le resto Kébec Bar-B-Q | 14 août 2022 | Article par Jean Cazes

Crédit photo: Jocelyn Paquet (collection personnelle)

Montcalm dans les années 1960 : camion d'incendie devant le resto Kébec Bar-B-Q

La série Montcalm dans les années 1960 revisite le passé du quartier à travers des images d’archives de diverses sources. Aujourd'hui, on s'intéresse à une succursale d'une rôtisserie bien courue à l'époque : le Kébec Bar-B-Q.

Datant d'avril 1968, cet instantané provient du fonds du collectif de photographes du Soleil, Photo moderne. Ce fonds constitue une partie de l’impressionnante collection de négatifs de Jocelyn Paquet.

Quelle était la nature exacte de cette intervention des pompiers sur l'avenue Cartier? Notre recherche dans les archives du Soleil de la BAnQ ne nous a pas permis de la retracer. Était-ce simplement un début d'incendie vite circonscrit dans le resto Kébec B-B-Q?

Une chaîne de restos née vraisemblablement dans les années 1960

L'avenue Cartier en 1975. Vue en direction est.
Crédit photo: Archives de la Ville de Québec

La photo qui précède faisait l'objet d'une autre capsule historique. Elle illustre aussi le Kébec Bar-B-Q, avec son affiche distinctive. On la devine dans l'immeuble de l'intersection de la rue Fraser. La scène met également en lumière le commerce voisin. Il s'agit d'une succursale de la Société des alcools du Québec (SAQ), avant son agrandissement, dont nous avons avons retracé l'histoire, qui remonte à 1966 sur l'avenue Cartier.

Nous nous sommes penchés sur les origines de ce bel exemple d'établissement qui a fait les belles heures de l'avenue Cartier, à une certaine époque. Pour en savoir plus, nous avons donc lancé un nouvel autre appel à tous aux membres du groupe Facebook Retour vers le Passé (ville de Québec. Et cela a porté fruit!

D'entrée de jeu, Serge Tanguay souligne que deux associés provenant de Montréal ont installé le premier resto de la chaîne locale Kébec Bar-B-Q. Il se trouvait non pas sur cette artère commerciale, mais dans les locaux de l'ex-restaurant Tanguay, au coin des rues Sainte-Julie et d'Artigny, dans le secteur de la Colline parlementaire.

Publicité

« La démolition complète du quartier pour construire la ''Cité parlementaire'' les firent déménager sur Cartier, dans le local actuel de la SAQ. Mme Bruneau, alors seule propriétaire, dut à nouveau déménager sur Saint-Cyrille, près de Cartier quand la SAQ s'installa dans ses locaux. Suite au succès du premier restaurant sur d'Artigny, les propriétaires ouvrirent un second restaurant du même nom en basse-ville, sur Dorchester. Ce restaurant fut fermé en premier, fin des années 1970, peut être 1979, mais je ne suis pas certain. »

Pour sa part, Michel Côté a bien connu cet établissement. Il ajoute des éléments de précision quant à sa direction :

« J'y travaillais comme plongeur. À la main, car il n'y avait pas de machine à laver. J'ai aussi enfourché les poulets. [...] Le service de poulet se faisait avec un bol vieux rose, servant de rince-doigts, car les bons amateurs de poulet le mangeait avec leurs doigts. [...] C'était ouvert jusqu'à 5 heures. [...]  Le fils de feu Mme Bruneau a très mal administré le restaurant. Par la suite, ça été repris par Michel Mecteau, qui a ouvert une autre succursale dans l'ancien restaurant de Marian Stasny, sur Quatre-Bourgeois. »

Dans ce temps-là, bien peu de restaurants, dit-on, gardaient leurs portes ouvertes aussi tard. Michel Côté fait remarquer que « les filles aux mœurs légères de la Grande Hermine y arrivaient vers les 3 heures, ainsi que les employés des bars ». Cette observation nous ramène à coup sûr à l'auteur de Basse-Ville blues que nous citons à l'occasion. Un chapitre du récit de Gilles Simard concerne justement le mythique établissement de Thérèse Drago.

Sur les autres succursales du restaurant, Pierre Duquet évoque enfin celle du coin Dorchester et de la Reine, dans Saint-Roch. « Ado, j'habitais au-dessus », souligne ce citoyen qui avait aussi, plus tôt, travaillé au Kébec Bar-B-Q de la Colline parlementaire.

Jocelyn Paquet et les Archives du Photographe

Jocelyn Paquet a été le gestionnaire des Archives du Photographe, fondées à l'origine sous le nom de studio Henri-Georges Pasquier, en 1993. Au fil du temps, des millions d'images, photos et négatifs, provenant de plusieurs fonds, ont nourri cette collection. Aujourd'hui retraité, Jocelyn Paquet demeure actif sur Facebook, où ses publications autour des archives passionnent ses abonné.e.s.

Vous aussi, avez des souvenirs à nous raconter ou des informations à nous communiquer sur le resto Kébec Bar-B-Q de l'avenue Cartier? N’hésitez pas à le faire sur notre page Facebook!

Voir la capsule précédente :

Montcalm dans les années 1960 : une succursale de la Banque Canadienne Nationale