Tramway: un vide transitoire à l’ouest de Saint-Sacrement

Le tramway dans sa forme actuelle ne dessert pas bien l'ouest de Saint-Sacrement, réitère le Conseil de quartier. L'organisme a adopté, mardi soir, une résolution unanime demandant le repositionnement des stations dans le secteur.

Tramway: un vide transitoire à l’ouest de Saint-Sacrement | 9 novembre 2022 | Article par Thomas Verret

Le Conseil de quartier demande à la Ville de rééquilibrer les distances entre les dessertes du secteur. L’organisme propose de déplacer la station Holland à l’avenue Marguerite-Bourgeoys.

Crédit photo: Archives (Jean Cazes)

Le tramway dans sa forme actuelle ne dessert pas bien l’ouest de Saint-Sacrement, réitère le Conseil de quartier. L’organisme a adopté, mardi soir, une résolution unanime demandant le repositionnement des stations dans le secteur.

D’une même voix, ses administrateurs interpellent pour une énième fois la Ville de Québec pour qu’elle rééquilibre les distances entre les dessertes du secteur.

« En tant que Conseil de quartier, on se doit de faire un dernier et ultime effort », a déclaré le président Bertrand Gemme en ouverture de l’assemblée régulière du 8 novembre.

Un creux de desserte de près d’un kilomètre

Le Conseil de quartier de Saint-Sacrement dénote un creux de desserte dans le secteur du Collège Stanislas et de la Cité Bellevue, sur la rue Gérard-Morisset et l’avenue de Vimy. Ce vide transitoire s’explique par les 970 mètres qui séparent les stations Holland et Maguire. Cette distance, nettement plus prononcée que la moyenne, irrite l’organisme, puisqu’elle n’incite pas les citoyens à utiliser ce nouveau mode de transport.

« On trouve que ç’est un gros irritant pour un projet aussi gros, exprime M. Gemme. Ça n’a pas d’allure que la distance entre les deux stations soit de près d’un kilomètre. C’est aberrant. »

Cette carte démontre la distance prononcée entre les stations Holland et Maguire. Le Conseil de quartier de Saint-Sacrement déplore les 970 mètres séparant les deux dessertes.
Crédit photo: Bureau de projet du tramway

Qui plus est, le tramway entraînera la perte d’une desserte d’autobus dans le quartier Saint-Sacrement, soit l’actuelle station Gérard-Morisset, rappelle l’organisme.

« C’est un non-sens. Les citoyens seront moins bien desservis avec un tramway qu’ils ne le sont présentement avec les autobus », déplore Bertrand Gemme.

D’ailleurs, plus de 640 citoyens ont signé une pétition pour maintenir cette station d’autobus achalandée. Présente depuis longtemps, celle-ci est appréciée de la population. Quelque 200 personnes aînées en perte de mobilité de la résidence la Champenoise l’ont notamment signée. Malgré tout, la municipalité a fait fi de cette pétition.

Deux pistes de solutions évoquées

Le Conseil de quartier de Saint-Sacrement remet donc de l’avant deux solutions. La première modification suggère le déplacement de la station de tramway prévue au coin du boulevard René-Lévesque Ouest et de l’avenue Holland à l’avenue Marguerite-Bourgeoys. Le second changement propose l’ajout d’une station intérimaire entre les avenues Holland et Maguire.

Publicité

L’organisme a formulé des revendications en ce sens par le passé. La Ville a rejeté ces demandes.

Le Bureau de projet du tramway a considéré plusieurs facteurs dans ses choix, dont les pôles d’emplois et l’intermodalité.

Le « noyau mixte Holland », situé aux croisements du chemin Sainte-Foy, représente un secteur à consolider inscrit au PPU du pôle urbain Belvédère, peut-on lire dans une note d’information datée de septembre 2021.

« Le positionnement d’une station de tramway à l’intersection du boulevard René-Lévesque Ouest et de l’avenue Holland participe ainsi à la mise en valeur de cet axe nord-sud. Du point de vue de la lisibilité de la trame urbaine, cet axe constitue un choix motivé puisqu’il relie le noyau de l’église du Très-Saint-Sacrement au parc du Bois-de-Coulonge », répond le Bureau de projet au Conseil de quartier.

L’organisme trouve que ces réponses sont « très décevantes » et qu’elles « ne tiennent pas compte de la réalité du quartier ». Ses administrateurs jugent qu’il est « minuit moins une » dans ce dossier. Selon eux, il est cependant toujours temps pour la Ville de rectifier le tir, étant donné qu’elle n’a pas encore délivré les décrets pour le volet des infrastructures.

De son côté, l’administration municipale indique qu’il est difficile de revenir en arrière, car le Bureau de projet a déjà statué sur le positionnement des stations et que les documents techniques sont prêts pour l’appel d’offres.

Appui à venir de l’Association des gens d’affaires

Plus tôt cette semaine, le président du Conseil de quartier a rencontré les gens d’affaires de Saint-Sacrement. Aux dires de Bertrand Gemme, ceux-ci ont démontré « un intérêt à supporter la résolution ». L’idée d’aménager une station de tramway sur l’avenue Marguerite-Bourgeoys fait beaucoup de sens aux yeux des commerçants et des citoyens. D’autant plus que l’artère fait l’objet actuellement d’une refonte complète de son aménagement.

« L’avenue Marguerite-Bourgeoys est un point central du quartier. C’est comme une porte d’entrée vers le chemin Sainte-Foy », souligne M. Gemme qui y voit un lien direct avec la redynamisation de la principale artère commerciale de Saint-Sacrement.

De plus, le Conseil de quartier considère qu’une station sur l’avenue Marguerite-Bourgeoys serait plus sécuritaire. L’organisme s’inquiète des enjeux liés à la sécurité piétonne accentués par l’arrivée du tramway sur l’avenue Holland, où la circulation automobile est « très chargée ».

Enfin, le Conseil de quartier veut obtenir des réponses plus précises sur le choix de la station Holland.

« Les deux rencontres à ce sujet ne sont pas satisfaisantes », a fait savoir Bertrand Gemme.

Par ailleurs, la résolution sera bientôt rendue publique sur le site de la Ville, via la page du Conseil de quartier de Saint-Sacrement, dans l’onglet des procès verbaux.

Pour en savoir plus ...

Restez à l'affût des actualités de votre quartier

Chaque samedi, recevez nos nouvelles, offres et activités incontournables dans le quartier.