La délivrance : la tempête du siècle

Après Fièvre et L’œil, la compagnie Vénus à vélo nous invite à assister à La Délivrance, sa troisième pièce brillamment écrite et mise en scène par Rosalie Cournoyer au théâtre Premier Acte.

<em>La délivrance</em> : la tempête du siècle | 1 décembre 2023 | Article par Ariane Tapp

La pièce La Délivrance est présentée à Premier Acte jusqu’au 9 décembre 2023.

Crédit photo: Courtoisie David Mendoza Hélaine

Après Fièvre et L’œil, la compagnie Vénus à vélo nous invite à assister à La Délivrance, sa troisième pièce brillamment écrite et mise en scène par Rosalie Cournoyer au théâtre Premier Acte.

Le décor nous convie dans une maison des années 90, dont les murs sont faits de rideaux de fils argentés, présage du verglas à venir. Après un monologue d’ouverture qui nous rend tout de suite le personnage de la tante Liette sympathique, la famille se prépare à un souper du temps des Fêtes lorsque Jeanne, la cadette ayant quitté la ferme laitière familiale pour la ville, arrive, enceinte de 37 semaines et fière de l’être. La surprise est générale : Jeanne n’a pas de partenaire, est de nature solitaire et n’a jamais voulu d’enfant. Alors que la tempête se lève à l’extérieur, mettant la récolte de lait en péril, les secrets et les rancœurs se dévoilent entre Jeanne, sa sœur, son beau-frère, sa mère, sa tante, sa grand-mère et le frère du beau-frère.

La pièce aborde la maternité de manière habile, dans toutes ses subtilités. Chapeau à Cournoyer pour avoir choisi de nous présenter de bons modèles masculins, loin des « mononcles » qu’il aurait été facile de mettre en scène dans la campagne d’il y a 25 ans.

On aurait pu penser que la durée de 2 h 15 sans entracte serait synonyme de longueurs, or La Délivrance sait nous captiver du début à la fin. Si le sujet est sérieux et tire souvent la larme à l’œil, la pièce regorge de moments hilarants pour détendre le public. Fidèle à son habitude, Cournoyer nous offre un texte fin, réaliste et touchant. C’est cependant le jeu des acteur·ices qui impressionne le plus : chacun·e d’entre elleux est on ne peut plus crédible et attachant. Mention spéciale à Raymonde Gagnier en Liette et à Carmen Ferlan en aînée dégourdie.

La Délivrance est présentée à Premier Acte jusqu’au 9 décembre. Elle ne reviendra peut-être pas !

Lire aussi :

La première mondiale de Smile! Chaplin à Québec

La première mondiale de Smile ! CHAPLIN se tiendra au Grand Théâtre de Québec [...]

Lire sur Monmontcalm

Madra: une escalade irrépressible

Suspense psychologique intimiste, [...]

Lire sur Monmontcalm

Pour en savoir plus ...

Restez à l'affût des actualités de votre quartier

Chaque samedi, recevez nos nouvelles, offres et activités incontournables dans le quartier.