Les cueilleurs de lueurs éclairent l’avenue Cartier

Une nouvelle série d’abat-jours géants a été installée sur les luminaires de l’avenue Cartier, dans la cadre de la 9e éditions de Lumière sur l’art. 34 œuvres intitulées Les cueilleurs de lueurs et développées par les artistes Isabelle Demers et Fanny Mesnard présentent de multiples univers peuplés de créatures fantastiques et intrigantes.

<em>Les cueilleurs de lueurs</em> éclairent l’avenue Cartier | 20 novembre 2023 | Article par Olivier Alain

34 nouvelles toiles ornent les luminaires de l’avenue Cartier.

Crédit photo: Ariane Touzin - Page facebook Montcalm - Quartier des arts de Québec

Une nouvelle série d’abat-jours géants a été installée sur les luminaires de l’avenue Cartier, dans la cadre de la 9e éditions de Lumière sur l’art. 34 œuvres intitulées Les cueilleurs de lueurs et développées par les artistes Isabelle Demers et Fanny Mesnard présentent de multiples univers peuplés de créatures fantastiques et intrigantes.

Il s’agit d’un projet piloté par le Musée national des beaux-arts du Québec, en partenariat avec la SDC Montcalm. En 2015, Lumière sur l’art débutait en présentant une série d’œuvres d’Alfred Pellan et Fernand Leduc. Depuis, chaque année, le travail d’artistes différents se succède pour celles et ceux qui visitent le quartier Montcalm.

Le duo Demers-Mesnard

Originaires de Québec, Isabelle Demers et Fanny Mesnard se passionnent pour les représentations d’animaux et de végétaux de la forêt boréale. Donner une place à la nature dans leur travail répond à des préoccupations environnementales. Cela permet de susciter une réflexion chez les citoyens et citoyennes qui côtoient les œuvres au quotidien. Le duo a réalisé plusieurs projets d’art public à Québec et dans d’autres villes. Des œuvres éphémères, notamment dans le cadre des Passages insolites en 2018, mais aussi des sculptures permanentes.

Les cueilleurs de lueurs se présente sous la forme d’un collage. La série d’œuvres réunit des dessins numériques, de la pyrogravure, des gravures et des photographies. Les deux artistes ont voulu représenter quelque chose qui s’apparente aux dioramas que l’on retrouve dans les musées d’histoire naturelle. Elles cherchent à superposer le monde marin au monde terrestre, la nuit et le jour. Le résultat présente à la fois une forme d’opposition, mais également un équilibre qui rappelle les notions d’écosystèmes.

«En réunissant nos dessins, qui dialoguent avec des photographies transformées, prises à l’Aquarium de Québec ou dans les collections de l’Université Laval, cela crée des narrations ouvertes dans lesquelles chaque personne est invitée à faire ses propres interprétations », précise le duo dans un communiqué.

Les deux artistes proposent de plonger dans un univers fantastique qui rappelle la faune et la flore boréale.
Crédit photo: Ariane Touzin - Page facebook Montcalm - Quartier des arts de Québec

Collaborer avec la communauté

Pour réaliser ce projet, le duo a animé des ateliers de création avec des adolescents. Douze élèves volontaires de l’école secondaire Joseph-François-Perrault ont participé à l’exercice de médiation culturelle. Cette initiative visait à créer des liens avec les jeunes et partager avec eux la démarche créative qui mène à la réalisation d’une œuvre artistique.

 

Lire aussi :

Madra: une escalade irrépressible

Suspense psychologique intimiste, [...]

Lire sur Monmontcalm

Pour en savoir plus ...

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir