Une scène Au creux de l’oreille

Une nouvelle saison de l’expérience théâtrale intime Au creux de l’oreille du Théâtre Périscope a débuté pour se poursuivre jusqu'au 18 février. Imaginé pour briser l’isolement social durant le confinement au printemps 2020, le projet continue de remporter du succès.

Une scène Au creux de l’oreille | 1 février 2023 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Gracieuseté

Une nouvelle saison de l’expérience théâtrale intime Au creux de l’oreille du Théâtre Périscope a débuté pour se poursuivre jusqu’au 18 février. Imaginé pour briser l’isolement social durant le confinement au printemps 2020, le projet continue de remporter du succès.

Au creux de l’oreille propose des « rencontres artistiques et humaines » individualisées. Les interprètes professionnel.les téléphonent à une spectatrice ou un spectateur unique. Au cours de l’appel d’une quinzaine de minutes, les interprètes font la lecture d’un extrait de texte. Il peut s’agir d’une pièce de théâtre, d’un conte, d’une nouvelle ou d’un poème, de pages de roman.

C’est  Wajdi Mouawad qui, avec une équipe du théâtre national La Colline, à Paris, a lancé l’idée originale en 2020. Les artistes de Québec Linda Laplante, Marie-Josée Bastien, Marie-Hélène Gendreau, Catherine Hughes et Nicolas Gendron lui ont emboité le pas chez nous, appuyés par le Théâtre Périscope.

Depuis 2020, Au creux de l’oreille a connu cinq éditions qui ont permis 3000 rencontres entre les artistes et leurs interlocuteurs et interlocutrices. À ce jour, le projet a mis en lumière 345 artistes-lecteur·trice·s et des extraits de 27 auteur·trice·s québécois·es. Pour cette nouvelle saison de février 2023, ce sont 41 comédien.ne.s québécois.e.s et 19 auteur.trice.s québécois.e.s qui y prennent part. Le projet est coordonné par Hélène LeBlanc, Juliette Bernatchez et Marc-Antoine Marceau y travaillent à alimenter la banque de textes.

Une place pour son oreille

Même sans confinement, beaucoup de personnes vivent de l’isolement social. Des raisons de santé, des limitations physiques, la vulnérabilité socioéconomique y contribuent. L’équipe de Au creux de l’oreille collabore avec différents organismes au Québec pour offrir des appels à leurs membres plus vulnérables. L’activité est ouverte aux résident.e.s de partout dans la province et gratuite.

Les appels théâtraux sont proposés du mercredi au samedi, jusqu’au 18 février. Les mercredis, jeudis, vendredis, on peut choisir parmi les plages horaires entre 14 h et 16 h et entre 18 h et 20 h. Le samedi, il y a des appels théâtraux de 14 h à 18 h.

Les places sont limitées, il faut réserver la sienne. On peut aussi en offrir une à un.e proche. Il s’agit de se rendre en ligne sur le site lepointdevente.com, de choisir la journée désirée. Un formulaire à remplir sera envoyé avec le courriel de confirmation : c’est là qu’on précise l’heure de son choix. Un autre courriel sera transmis pour confirmer l’heure exacte de l’appel à recevoir. Le courriel arrivera à destination au plus tard 48 heures avant l’appel.

La gratuité de l’activité est possible grâce à des partenaires financiers. Le gouvernement du Canada, la Ville de Québec, la Caisse de dépôt et placement du Québec, le Conseil des arts et de la culture de Vaudreuil-Soulanges soutiennent Au creux de l’oreille.

On retrouve les détails et les coordonnées de l’équipe de Au creux de l’oreille sur le site web du Théâtre Périscope.

Publicité

Lire aussi :

L’Éveil du printemps : un réveil tonitruant

Pour en savoir plus ...

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir