Bob : légendes de l’au-delà

Du 12 au 30 mars, Bob sera présentée au Théâtre Périscope. Écrite par Miguel Fontaine, la pièce explore l’univers du conte et oscille entre réalisme et magie. On y questionne notre peur de la mort et l’imaginaire qui s'y greffe.

<em>Bob</em> : légendes de l’au-delà | 4 mars 2024 | Article par Olivier Alain

La pièce est une production du Théâtre pour ne pas être seul.

Crédit photo: Théâtre Périscope

Du 12 au 30 mars, Bob sera présentée au Théâtre Périscope. Écrite par Miguel Fontaine, la pièce explore l’univers du conte et oscille entre réalisme et magie. On y questionne notre peur de la mort et l’imaginaire qui s’y greffe.

Il s’agit de la première pièce écrite par l’auteur que l’on a pu voir en tant que comédien dans plusieurs productions à Québec ces dernières années. Formé au Conservatoire d’art dramatique de Québec en jeu, Miguel développe au fil de ses études un intérêt pour l’écriture.

«Au Conservatoire de Québec, on a la chance de travailler beaucoup la création et l’écriture, de là est née cette idée », explique-t-il.

Une création malléable

C’est pendant la pandémie que Miguel se lance plus sérieusement dans l’élaboration de la pièce. Il fait rapidement entrer des comédiens et comédiennes dans son processus créatif pour arriver à entendre les mots et mieux définir les personnages. Cette dimension expérimentale est essentielle pour l’auteur.

« Ça rend le texte plus vivant, les personnages plus sensibles et vrais ».

La création évolue en fonction de ce que les comédiens apportent. Le texte devient quelque chose de vivant qui s’adapte et peut être modifié en cours de route. Miguel explique avoir fait énormément d’ajustements depuis le début des répétitions. Certaines répliques changent à mesure que les comédiens et comédiennes s’approprient les personnages. « Parfois, un moment de silence remplace une phrase qui s’exprime finalement beaucoup mieux par un regard», confie l’auteur et comédien.

Construire des légendes

Le spectacle s’inspire de la tradition orale et du conte. On y aborde la question de la mort et la place qu’elle occupe dans l’imaginaire collectif. Des éléments fantastiques s’intègrent au récit et permettent de prendre du recul sur des questions plus sérieuses . L’idée étant de raconter une histoire au public pour qu’il reparte avec le cœur léger et de beaux souvenirs.

« Cette pièce-là, je voulais qu’elle traite de la peur de la mort et de la perte, mais en restant très ludique. Le fil d’or de l’histoire c’est : comment on agit en portant cette peur-là au fond de nous ? »

Miguel confie s’inspirer du mythe antique de Charon, le passeur qui conduit les âmes des morts de l’autre côté du Styx.

Publicité

« Dans ma tête je me suis dit que chaque village avait son repasseur d’âme.  Celui qui t’accompagne, il t’amène pas super loin, juste un petit bout… Je m’amuse à dire qu’il défripe le monde avant de passer de l’autre bord »

L’auteur explique vouloir explorer l’univers folklorique à la fois pour constater les changements dans nos croyances et dans nos modes de vie, mais également pour porter un regard sur certains éléments qui demeurent. À ses yeux, le désir de créer des légendes autour de personnes que l’on croise au quotidien est encore bien présent aujourd’hui.

« Je trouve ça beau, j’ai envie de faire ça avec des gens que j’ai côtoyé. Mettre en légende quelqu’un, c’est lui permettre de continuer à vivre par les souvenirs qu’on en garde ».

Il est toujours possible de se procurer des billets sur le site Web du Périscope.

Lire aussi :

Une nouvelle exposition au MNBAQ pour sensibiliser aux enjeux des communautés inuites

Du 29 février au 2 juin 2024, le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) accueil[...]

Lire sur Monmontcalm

Pour en savoir plus ...

Restez à l'affût des actualités de votre quartier

Chaque samedi, recevez nos nouvelles, offres et activités incontournables dans le quartier.