Des pièces de résistance au théâtre Premier Acte

Le théâtre Premier Acte annonce les dix pièces qui composeront sa programmation pour la saison 2024-2025 bâtie sous le thème de la résistance. Une tarification solidaire et inclusive sera également instaurée dans le but de permettre au plus grand nombre de personnes possible d’assister à une représentation.

Des pièces de résistance au théâtre Premier Acte | 7 mai 2024 | Article par Olivier Alain

Premier Acte fête ses 30 ans d’existence cette année.

Crédit photo: Olivier Alain

Le théâtre Premier Acte annonce les dix pièces qui composeront sa programmation pour la saison 2024-2025 bâtie sous le thème de la résistance. Une tarification solidaire et inclusive sera également instaurée dans le but de permettre au plus grand nombre de personnes possible d’assister à une représentation.

À la fois présente dans les enjeux abordés au sein même des pièces de la programmation, l’idée de résistance s’inscrit de façon générale dans la création théâtrale, selon Marc Gourdeau, directeur général et artistique de Premier Acte.

« Faire du théâtre de création au Québec, par les temps qui courent, c’est de toute évidence, au-delà des thèmes abordés, un réel acte de résistance. Résistance face à la facilité, résistance face au rouleau compresseur d’une industrie culturelle mondiale nivélatrice, résistance face à la bien-pensance, résistance face à l’austérité et à l’indifférence », écrit-il dans un communiqué.

Bref aperçu des pièces

Automne 2024

Un arrière goût de compost, présentée du 8 au 19 octobre, met en scène le personnage d’Éléonore qui retrouve son frère aîné dans un jardin communautaire après plusieurs années d’absence. Le texte d’Anne-Virginie Bérubé aborde l’abandon, la dépression et les troubles alimentaires dans un fil narratif à la fois comique et touchant.

Dans Disgrâce, présentée du 29 octobre au 2 novembre, l’autrice Nadia Girard Eddahia dresse le portrait d’un homme puissant et charismatique en attente d’un procès pour agression sexuelle, qui fait suite à plusieurs plaintes déposées par des femmes. Le protagoniste, coupé du monde extérieur, doit résider chez sa mère tout au long des procédures judiciaires.

Interdit de flâner, un monologue humoristique écrit par Antoine Paré-Poirier et mis en scène par Melissa Bouchard, introduit le personnage d’Étienne, un jeune adolescent plutôt ordinaire qui décide de devenir le dealer de pot de son école secondaire. La pièce pose un regard sur le milieu de la vente de drogue par l’entremise d’un personnage jeune et naïf.

L’histoire du soldat, mise en scène par Jocelyn Pelletier d’après un texte de Ramuz et la musique de Stravinski, sera présentée du 4 au 7 décembre. La pièce dépeint une société dystopique introduite et explorée par le jeu vidéo.

Au mois de décembre aura lieu la 14e édition des Contes à passer le temps. Une dizaine d’artistes présenteront des contes de Noël sous les voûtes de la Maison Chevalier.

Hiver 2025

Portes closes, une autofiction documentaire de l’autrice Aude Seppey, raconte son parcours en politique et aborde des enjeux de représentation féminine. L’artiste explore l’espace politique où «le pouvoir est bien gardé». Il sera possible d’assister à la pièce du 25 février au 8 mars.

Publicité

Le spectacle Coupe à blanc, présenté par le Collectif Verdun, aborde de front l’enjeu d’urgence climatique, en empruntant aux codes de la tragédie grecque. Dans un texte et une mise en scène de Charlie Cameron-Verge, on rencontre les personnages de Marie et Antoine. Les deux protagonistes s’apprêtent à quitter la Terre, où il n’est désormais plus possible de vivre.

Les productions Hommeries ! invitent le public à participer à des élections dans Vote stratégique du 15 au 26 avril. Dans une approche comique, la pièce présente «le Parti du Gros Bon Sens, les Enverdeurs et le Parti lobbyiste patriotique [qui] se disputent votre faveur dans une campagne de salissage aux proportions démesurées ».

La dernière pièce de la saison, intitulée Que les beaux jours sont courts, suit le personnage de Léa, une étudiante en littérature qui se rend à l’Isle aux Coudres pour écrire. La pièce de l’autrice Marie-Ève Lussier-Gariépy traite de questions d’appartenance, de culture et d’héritage. Les représentations auront lieu du 6 au 17 mai.

Pour une plus grande accessibilité

Les spectateurs et spectatrices pourront désormais choisir entre quatre tarifs différents à l’achat de billets pour une pièce. Un tarif régulier à 32$, un tarif réduit à 25$, un tarif accessible à 15$ et un tarif solidaire à 40$.

Il en revient à chacun et chacune de choisir le montant à payer selon sa situation, ses habitudes de fréquentation du théâtre et sa volonté de contribuer.

La programmation complète et détaillée est accessible sur le site du théâtre Premier Acte. D’autres activités, tenues en marge de la programmation régulière, auront également lieu. Tous les détails les concernant se trouvent dans la section En marge du site Web.

Lire aussi :

Pour ses 15 ans, Où tu vas quand tu dors en marchant…? se dirige vers ExpoCité

Pour sa 15e édition, le parcours déambulatoire Où tu vas quand tu dors en marchant.[...]

Lire sur Monquartier

Pour en savoir plus ...

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir