Réflexion citoyenne sur l’avenir de Provisions Inc.

Ce lundi, une séance plénière organisée par le conseil de quartier de Montcalm se tenait, pour donner la chance aux personnes qui résident dans le quartier de faire part de leurs idées et de leurs préoccupations face à l'avenir de l'épicerie Provisions Inc.

Réflexion citoyenne sur l’avenir de Provisions Inc. | 26 mars 2024 | Article par Simon Bélanger

Crédit photo: Simon Bélanger - Monmontcalm

Ce lundi, une séance plénière organisée par le conseil de quartier de Montcalm se tenait, pour donner la chance aux personnes qui résident dans le quartier de faire part de leurs idées et de leurs préoccupations face à l’avenir de l’épicerie Provisions Inc.

Rappelons que l‘épicerie de l’avenue Cartier est fermée depuis janvier 2024. Le couple formé de Stéphanie Bouillon Guessas et Christophe Bouillon, qui avait racheté l’épicerie de la famille Drouin, semble être reparti en France, en mettant en vente leur maison et le bâtiment accueillant l’épicerie, au coût de 4 M$. Des procédures légales sont en cours entre les anciens propriétaires et le couple.

Même si, pour l’instant, l’endroit est pris dans un vide juridique, des personnes intéressées, notamment des commerçants, auraient levé la main pour éventuellement se porter acquéreur du Provisions Inc. C’est ce que révélait Chloé Pouliot dans Le Soleil un peu plus tôt ce mois-ci.

De son côté, le conseil de quartier de Montcalm souhaitait aussi entendre les préoccupations citoyennes face à l’avenir de Provisions Inc. Une plénière ouverte aux citoyens a donc eu lieu lundi soir au Centre culture et environnement Frédéric Back, à laquelle sept citoyens ont assistée. Cinq membres du conseil d’administration du conseil de quartier étaient aussi présents, en plus de deux représentants des médias.

Attachement pour le Provisions Inc.

Les personnes présentes ont d’abord exprimé les raisons de leur attachement à l’épicerie ouverte en 1949 par Albert Drouin.

Prix compétitifs, aspect indépendant, produits locaux, accueil personnalisé, commandes spéciales, taille humaine, accessibilité, lieu de rencontres sociales, longues heures d’ouverture, etc.

Tous ces aspects ont été soulevés à un moment ou un autre de la soirée.

Également, la présence du marché à l’extérieur pendant la période estivale, avec les fruits et légumes à portée de main sur le trottoir, de même que d’autres activités, comme la cabane à sucre, ont ravivé des souvenirs chez plusieurs.

Pour Maude Rodrigue, membre du conseil de quartier qui présidait la rencontre, «l’implication» de la famille Drouin était un peu le «socle de la réussite» du Provisions Inc, un «pilier important».

Publicité

Également, il a été relevé que cette épicerie revêtait aussi un caractère identitaire pour le quartier Montcalm.

Alexandre Turgeon, membre coopté du conseil de quartier, est notamment président du conseil d’administration de Vivre en Ville. Pour lui, le Provisions Inc. était un modèle à suivre en urbanisme durable et peu d’autres commerces dans le monde sont semblables, citant la rentabilité et l’accessibilité aux produits.

Inquiétudes et idées

Plusieurs ont évoqué leur crainte de voir le Provisions Inc. devenir un autre type de commerce. Actuellement, la réglementation ne permettrait pas, par exemple, l’établissement d’un restaurant. Reste que toutes les personnes réunies souhaitent retrouver une épicerie de quartier.

Un citoyen s’inquiète du délai avant qu’il puisse se passer quelque chose, qui pourrait être entre six et huit mois.

«Plus ça va prendre du temps, plus la clientèle va aller ailleurs», affirme-t-il, précisant quand même que si le commerce rouvre, il y retournera.

Pour Alexandre Turgeon, le prix des aliments sera le gage du succès de l’entreprise, affirmant lui-même y aller beaucoup moins depuis la vente de l’épicerie en 2023.

Il estime d’ailleurs que la Ville de Québec devrait s’impliquer dans l’avenir du lieu, un peu comme elle s’est donnée le droit de le faire en habitation, en se dotant d’un droit de préemption. M. Turgeon souhaite que la Ville puisse faire la même chose pour des locaux commerciaux. Dans le cas du Provisions Inc., il est aussi surmonté de deux logements, qui pourraient devenir des logements sociaux, selon lui.

«La Ville ne peut pas être en action neutre. [La loi du] marché ne peut pas être la solution », estime-t-il.

Des idées de coopérative citoyenne ou d’OBNL ont aussi émergé durant la soirée.

Projets à court terme

Ce soir, lors de l’assemblée mensuelle du conseil de quartier de Montcalm, le conseil d’administration déposera une résolution sur l’avenir du Provisions Inc.

De plus, un sondage a été mené dans les dernières semaines, auquel 160 personnes ont répondu. On y apprend que 98,6% des répondants considèrent que le commerce de proximité était important (11,7%) ou très important (86,9%). De plus, 17,2% ont affirmé qu’ils envisageaient d’encourager le commerce en s’impliquant dans la structure commerciale et administrative.

Les personnes présentes à la plénière ont aussi souligné l’importance d’assurer des actions de visibilité, afin de rappeler la présence du Provisions Inc. On évoque notamment le Marché aux puces de Montcalm, le 8 juin, comme une occasion pour se faire voir.

Plusieurs ont proposé également de continuer d’utiliser l’espace trottoir devant le Provisions Inc. pour installer un petit marché durant l’été, comme on peut le voir dans d’autres quartiers de Québec.

Une chose est certaine : au-delà des tourments qui agitent le Provisions Inc., l’attachement de la population montcalmoise pour leur épicerie de quartier demeure fort.

Cet article bénéficie du soutien de l’Initiative de journalisme local, financée par le Gouvernement du Canada.

Lire aussi :

Sécurité près des écoles : neuf conseils de quartier font front commun

Au moment où un sondage Léger commandé par Piétons Québec révèle que 85 % des Québ[...]

Lire sur Monmontcalm

Pour en savoir plus ...

Soutenez votre média

hearts

Contribuez à notre développement à titre d'abonné.e et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir