Répit pédagogique au Collège Mérici : une initiative porteuse

Au nouveau répit pédagogique du Collège Mérici, des étudiants du programme en éducation spécialisée apprennent à intervenir auprès d'une clientèle autiste. Les activités ont lieu principalement dans la nature, près des plaines d'Abraham. Le projet Mérépits prend forme en ce Mois de l'autisme.

Répit pédagogique au Collège Mérici : une initiative porteuse | 11 avril 2024 | Article par Thomas Verret

Le projet Mérépits du Collège Mérici débute à l’occasion du Mois de l’autisme.

Crédit photo: Collège Mérici

Au nouveau répit pédagogique du Collège Mérici, des étudiants du programme en éducation spécialisée apprennent à intervenir auprès d’une clientèle autiste. Les activités ont lieu principalement dans la nature, près des plaines d’Abraham. Le projet Mérépits prend forme en ce Mois de l’autisme.

Les activités ont débuté le 6 avril. L’initiative « prend racine » à la suite d’un devis ministériel pour le programme d’éducation spécialisée.

Innovation pédagogique

Des enseignantes du collège de la Grande Allée ont développé ce projet de recherche, « une innovation pédagogique en éducation spécialisée ».

« Avec toute la propension de la problématique et les besoins sociaux à cet égard, on a décidé d’en faire un cours de 45 heures qui porte exclusivement sur l’autisme », explique l’une d’elles, Renée Bradette.

Chaque samedi d’avril, des étudiants offrent du répit aux parents d’enfants, d’adolescents et de parents de personnes autistes.

« On a des étudiants de première année qui se retrouvent dans un cours de participation sociale, qui doivent côtoyer différentes clientèles, qui accompagnent, un pour un, une personne autiste qui vient dans le répit », précise Valérie Plante-Lepage, également enseignante au programme en éducation spécialisée du Collège Mérici.

D’une part, l’initiative vise à répondre à un besoin criant chez les parents de personnes autistes, qui « portent une charge émotive importante ».

« Le but est de permettre à ces parents de prendre un répit et de faire vivre à leurs jeunes des activités que tous les autres gens vivent les soirs, les fins de semaine, des activités parascolaires à des heures stimulantes, mais à la fois adaptées à leurs besoins », ajoute Mme Bradette.

Qui plus est, les étudiants y vivent des expériences concrètes en sortant de leur classe pour offrir du répit à cette clientèle en difficulté.

Publicité

« Ce qu’on souhaite, c’est d’outiller le plus possible nos intervenants pour les rendre le plus compétent auprès de cette clientèle », indique l’enseignante du Collège Mérici.

Collé sur la réalité du terrain

De plus, ces futurs éducateurs spécialisés « vivent ce à quoi ils vont être confrontés » dans la pratique de leur métier. Ce projet leur permet donc de développer un sentiment de compétence, dans des contextes « pas toujours faciles » exigeant de faire preuve de sympathie, de compassion, etc.

Étudiants, parents, personnes autistes : tous ces gens se réunissent durant ces activités culinaires, artistiques, de loisirs, incluant du bricolage et même un jeu de parachute.

« Tout le monde se mélange et a autant de plaisir, autant la clientèle que nos étudiants. C’est vraiment des beaux partages », témoigne Mme Plante-Lepage.

De la conception des activités jusqu’à leur réalisation, ces enseignantes ont validé leur démarche en consultant des personnes autistes étudiant au Collège Mérici, mais également de l’extérieur. Elles se sont aussi associées à des partenaires, dont Autisme Québec.

« On s’assure d’offrir quelque chose qui est collé sur ce que les étudiants vont vivre sur le terrain », estime Renée Bradette.

Projet pilote

Toujours dans le cadre du projet, une salle d’apaisement a en outre été aménagée au Collège Mérici.

Réalisée grâce au soutien de la fondation Maurice-Tanguay, cette salle d’apaisement pourrait d’ailleurs bénéficier à d’autres clientèles.

« Les bienfaits de la nature, c’est aussi [bénéfique] pour les personnes qui ont des problématiques de santé mentale, de déficience physique. Les éducateurs spécialisés travaillent avec une panoplie de clientèles. C’est ce qu’on est en train de développer (…) ça peut prendre de l’expansion », croit Mme Bradette.

La salle d’apaisement de l’institution collégiale du quartier Montcalm comprend du matériel sensoriel.
Crédit photo: Collège Mérici

Lire aussi :

Le Collège Mérici se mobilise pour améliorer ses équipments sportifs

Plus tôt cette semaine, la Fondation du Collège Mérici a lancé une campagne de sociofin[...]

Lire sur Monmontcalm

Pour en savoir plus ...

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir