Simon Bérubé veut « redonner Québec » au Bloc Québécois

Simon Bérubé annonce aujourd'hui sa candidature à l'investiture du Bloc québécois dans la circonscription de Québec.

Simon Bérubé veut « redonner Québec » au Bloc Québécois | 26 février 2024 | Article par Thomas Verret

Simon Bérubé brigue l’investiture bloquiste dans la circoncription fédérale de Québec, qui regroupe notamment les quartiers Saint-Roch, Saint-Sauveur, Montcalm et Saint-Sacrement.

Crédit photo: gracieuseté

Simon Bérubé annonce aujourd’hui sa candidature à l’investiture du Bloc québécois dans la circonscription de Québec.

Le résident de Saint-Jean-Baptiste se lance ainsi le défi de reprendre le comté aux mains du Parti libéral du Canada et de l’actuel député Jean-Yves Duclos.

Québec, une circonscription « prenable », à ses yeux

M. Bérubé, qui travaille également dans le quartier Saint-Jean-Baptiste à titre de conseiller au ministère des Relations internationales et de la Francophonie, « souhaite redonner une voix indépendantiste forte » à ce comté détenu jadis par le Bloc québécois, de 1993 à 2011, sous la gouverne de Christiane Gagnon, victime collatérale de la vague orange du défunt Jack Layton.

« Québec est une circonscription qu’on peut gagner et qu’on va gagner », lance en entrevue le natif de Saint-Pacôme, petit village non loin de La Pocatière, au Bas-Saint-Laurent.

Indépendantiste convaincu

Simon Bérubé est profondément attaché au mouvement souverainiste depuis l’âge de 12 ans environ. Ses premiers souvenirs remontent effectivement à l’Accord du Lac Meech en 1987.

« J’ai commencé à m’intéresser à la politique à ce moment-là », confie le quadragénaire, nostalgique.

La douloureuse défaite référendaire de 1995, par seulement quelques dizaines de milliers de voix, reste aussi gravée dans sa mémoire. Il avait alors 17 ans, presque 18.

« Malheureusement, il me manquait quelques mois à peine pour voter », raconte celui qui étudiait à l’époque en journalisme au Cégep de Jonquière au sein du programme Arts et technologies des médias (ATM).

Le service public « dans les veines »

Simon Bérubé s’implique depuis plusieurs années au sein du Bloc québécois, entre autres comme président de la circonscription de Québec, où il réside depuis 2005, une fonction qu’il occupe également à l’échelle de la région de la Capitale-Nationale.

Publicité

Ancien journaliste dans plusieurs régions du Québec et même à Yellowknife, la capitale des Territoires du Nord-Ouest, jusqu’en 2010, ce dernier a ensuite fait le saut dans le domaine des relations internationales. D’abord à l’Assemblée nationale, puis au ministère des Relations internationales et de la Francophonie.

À Québec, il s’est aussi fait connaître comme président de la Confédération des Associations d’étudiants et d’étudiantes de l’Université Laval (CADEUL), animateur de l’émission matinale de CHYZ-FM et représentant de section au Syndicat des professionnelles et professionnels du Québec.

« J’ai toujours été motivé par le service public », exprime M. Bérubé, se remémorant au passage ses premiers engagements dans la communauté, soit lors des conseils scolaires durant ses années à l’école secondaire.

« De m’impliquer socialement, ça a toujours fait partie de mon ADN. »

Fier « progressiste »

Quant à sa philosophie politique, il se présente comme « une personne progressiste », attachée au principe d’égalité, de même qu’au progrès social.

« Du plus loin que je me souvienne, ce sont des valeurs qui m’ont toujours animé. »

Début du « travail de terrain »

Simon Bérubé projette maintenant de ramener la circonscription de Québec dans le giron du Bloc québécois. Il désire « relancer plusieurs dossiers négligés par le gouvernement libéral » de Justin Trudeau, « que ce soit le logement, l’aide aux personnes âgées, l’itinérance, la mobilité, la survie des médias, l’accueil des personnes immigrantes et même le pont de Québec », énumère-t-il dans un communiqué.

S’il devient officiellement candidat bloquiste, le 15 mars prochain, à la soirée d’investiture au Château Laurier, il en serait d’ailleurs à sa deuxième élection fédérale, lui qui s’est également présenté au dernier scrutin dans son comté natal, Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup, toujours bien entendu sous la bannière de la formation indépendantiste pilotée par Yves-François Blanchet.

« Les conditions n’étaient pas pareilles du tout, du tout. En 2021, je suis arrivé à la dernière minute un petit peu », se rappelle-t-il.

Se sentant mieux entouré, il dispose cette fois de plus de temps pour engager le dialogue avec les gens de la circonscription de Québec et monter un programme adapté aux besoins locaux exprimés directement par le milieu.

« Les prochaines élections, on ne sait pas ce sera quand, mais il faut être prêt. (…) De mon côté, j’ai déjà bâti une équipe solide qui est prête à reprendre Québec », conclut M. Bérubé, confiant malgré l’immensité de la tâche devant lui.

Lire aussi :

Grève: les bibliothèques de Québec refusent l’offre patronale finale bonifiée

Les membres du syndicat de l'Institut Canadien de Québec rejettent officiellement l’offr[...]

Lire sur Monquartier

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir