Une nouvelle exposition au MNBAQ pour sensibiliser aux enjeux des communautés inuites

Du 29 février au 2 juin 2024, le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) accueille une nouvelle exposition « Tarratuutiq | Taima. Réflexions artistiques et climatiques au Nunavik ». Cette dernière se penche sur les enjeux vécus par les communautés inuites.

Une nouvelle exposition au MNBAQ pour sensibiliser aux enjeux des communautés inuites | 1 mars 2024 | Article par Anne Charlotte Gillain

Cette nouvelle exposition au MNABQ invite le public à partir à la rencontre d’une communauté autochtone éloignée et à mesurer l’impact des changements climatiques dans leur vie.

Crédit photo: Courtoisie MNABQ, Louis Hébert

Du 29 février au 2 juin 2024, le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) accueille une nouvelle exposition « Tarratuutiq | Taima. Réflexions artistiques et climatiques au Nunavik ». Cette dernière se penche sur les enjeux vécus par les communautés inuites.

L’exposition « Tarratuutiq | Taima » est le fruit d’une collaboration entre le Musée national des beaux-arts du Québec et les élèves de l’École Iguarsivik de Puvirnituq, un village nordique du Nunavik.

Pour le Musée, l’exposition peut servir aussi à ouvrir le dialogue entre allochtones et autochtones.

« L’art peut créer des ponts durables entre le Nord et le Sud et surtout devenir un outil d’engagement et de sensibilisation puissant », peut-on lire dans un communiqué.

Nathalie Claude, enseignante et conseillère pédagogique en arts pour Kativik Ilisarniliriniq a d’ailleurs piloté ce projet collaboratif.

L’objectif principal vise la réinterprétation sensible des œuvres des collections du MNBAQ.

Sensibiliser aux enjeux actuels des communautés inuites

Le Grand hall du pavillon Pierre Lassonde rassemble 10 œuvres. Ces dernières sont présentées pour la première fois au sud du 50e parallèle.

« Tarratuutiq » signifie « miroir » en Inuktitut., tandis que « Taima » se traduit par « c’est assez! ».

Il s’agit là d’une manifestation de l’impatience des communautés inuites devant l’inertie des gouvernements au sujet des changements climatiques et de leurs conséquences.

Publicité
Sur cette photo, la jeune Olivia Tookalak, leader de la communauté de Puvirnituq pose fièrement avec les trouvailles de ses compatriotes dans cet assemblage ludique et créatif des déchets.
Crédit photo: MNABQ

« Les créations, issues de cette collaboration sur plusieurs mois avec les jeunes de cette communauté du Nord québécois, témoignent de cette envie de réfléchir, de s’exprimer et surtout de s’engager sur cette question centrale », peut-on lire dans un communiqué du MNBAQ.

En parallèle des œuvres, les visiteurs pourront visionner The Beach, une vidéo réalisée en 2023 et captée par drone.

« Les visiteurs pourront y découvrir un territoire souillé par la consommation. Ce dépôt d’ordures, comme tous les autres des 14 villages du Nunavik, déverse tranquillement ses métaux lourds, empoisonnant le sol, la végétation et les eaux (…). Les jeunes sont conscients du drame qui se joue », indique le communiqué.

Pour le Musée, l’exposition est une manière pour le public d’aller à la rencontre d’une communauté autochtone éloignée. Cela permet aussi de mesurer l’impact des changements climatiques dans leur vie.

Selon les différents participants impliqués, le processus collaboratif souhaite finalement refléter l’esprit d’initiative, d’introspection et de leadership de ces jeunes Inuits qui veulent se façonner un avenir meilleur.

Tous les détails de l’exposition « Tarratuutiq | Taima. Réflexions artistiques et climatiques au Nunavik » sont à retrouver sur le site web du Musée national des beaux-arts du Québec

Lire aussi :

MNBAQ : Une programmation riche et diversifée pour 2024

Le Musée national des beaux-arts du Québec dévoile sa programmation 2024 qui promet d’[...]

Lire sur Monmontcalm

Pour en savoir plus ...

Restez à l'affût des actualités de votre quartier

Chaque samedi, recevez nos nouvelles, offres et activités incontournables dans le quartier.